fbpx

La santé, la médecine et la 5G, l’enjeu de e début de siècle (Par Dr Yoynes Kalakhy)

image

09H00 duA 120 km de la capitale chinoise Pékin, se dresse un projet pharaonique et pilote lancée en 2017 , plus exactement dans la ville de Xiongan , c’est la  smart city, une ville dont toute l’infrastructure est connectée, mini bus autonomes, distributeurs mobiles de nourriture, magasins et supermarchés sans caisse, la verbalisation digitale des infractions du code de la route, hôpitaux digitaux, accès et payement par reconnaissance faciale ou rétinienne, et cerise sur le gâteau,  un concept écologique qui charmerait les plus extrémistes des écolos, un automatisme intelligent quasi exhaustif des services de la ville.

« Notre objectif est que tout soit accessible en 15 min « affirme Yu hangzhu le porte-parole du projet de la smart city Xiongan candidate au titre de la capitale mondiale de l’intelligence artificielle.

Tout ce travail titanesque et ambitieux fourni par le gouvernement chinois a pu être concrétisé grâce au déploiement de la technologie 5G, une avancée charnière dans l’histoire de la télécommunication. Entre partisans et détracteurs, la technologie 5G dix fois plus puissante que la 4G, permettra de piloter tout le flux et les datas des objets connectés !!!

C’est quoi la technologie 5G ? Quel enjeu présentera-t-elle au futur et que sera son apport en particulier dans le domaine médical ?

C’est les questions sur les lesquelles on projettera la lumière et on étalera une analyse sur la question et l’enjeu principal de l’année 2021 ?

image

La 5G n’est pas une simple mise à jour de la 4G !

La 5 G, une révolution technologique et des enjeux géostratégiques mondiaux

La technologie 5G est déployée pour répondre à trois problématiques majeures : une très grande croissance des données, la surconnectivité de la société moderne et la saturation de la capacité de stockage et de partage des données

L’orientation vers une technologie permettant plus ou au moins d’améliorer la capacité du réseau mondiale de la télécommunication est sans aucun doute inévitable. « Un délai de latence plus rapide et le principe du network slicing ou le débit constant » explique Emmanuel Paquette journaliste et spécialiste de la nouvelle technologie de la 5G.

Dix fois plus puissante, elle n’est pas une simple amélioration de sa précédente la 4G, mais donnera un nouvel élan aux objets connectés, à la démocratisation des voitures autonomes, aux taxis drones, à la télémédecine, aux secteurs où le débit de données doit être constant et stable et d’après les experts la 5G aura un impact positif sur tous les secteurs : industrie, enseignement, santé, transport, le marketing, emploi. Certains pays ont déjà amorcé des chantiers 5G comme le projet SMIS (Sustainable Intelligent Mining Systems ) en Suède intéressant l’industrie minière(https://cordis.europa.eu/project/id/730302), et aujourd’hui plus de 300 opérateurs ont avancé leur pions  d’investissements sur la 5G d’ici 2025 affirme le dirigent la Business Unit « Communication & Collaboration » à Orange Business Services Guillaume Boudin. En outre le marché de la 5G pourrait selon les prévisions de l’IHS Markit générer 12.3 trillions de dollars et la création de 22 millions d’emplois. De quoi stimuler l’appétit des entreprises et des start-up muselées par la crise économique et la saturation des marchés mondiaux !!

L’impact du rayonnement de la 5G sur la santé : une grande polémique ?

image

Dans un centre médical chinois, le 5 G à l’œuvre. 

Au centre de la botte italienne, à l’Abruzzes plus exactement à la ville de l’Aquila qui tente de renaitre de ses cendres après le tremblement de terre survenu le 6 avril 2009, est au centre de la « controversia » des pylônes de la 5G de la « telecom italia.» Installés à titre expérimental, ils ont suscité une vague de protestation traduite par la signature d’une pétition pour arrêter l’expérimentation de la 5G. La même scène d’opposition s’est reproduite dans plusieurs ville européennes : le Havre, Berne ou encore à Bordeaux le nouveau maire Pierre Hurmic a décidé de suspendre l’expérimentation et souhaite ouvrir un débat publique sur les effets et la réglementation 5G sur la santé. En même temps les enchères sont déjà lancés pour les équipementiers de la 5G affirme Agnès Pannier Runacher ancienne secrétaire d’état auprès du ministère de l’économie et des finances le 30 juin 2020 lors d’une séance au parlement de la république.

Le verdict de l’impact de la 5G sur la santé sera prononcé le premier trimestre de l’année 2021 après le dépôt du rapport finale d’évaluation de l’ Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail de l’environnement et du travail (ANSAE). En suisse le débat est aussi houleux et on devrait affiner et surtout contrôler fermement la réglementation des installations 5G. Les expérimentations à l’heure actuelle n’ont pas montré d’effets biologiques sur le corps humain tant qu’on reste en dessous des normes recommandées pour les ondes électromagnétiques. Cependant c’est la proximité des objets connectés du corps avec l’usage excessif qui aurait des conséquences notamment le stress oxydatif et l’effet significatif sur la mémoire cérébrale explique  Martin Roussli Pr à l’université de Bale .

La 5G un enjeu stratégique et géopolitique

image

Les présidents chinois et américain, une complicité d’apparence qui dissimule mal les enjeux de puissance

Le déploiement de la 5G ne se limite pas à un délai de latence quasi absent pour télécharger un film ou pour les jeux vidéo en ligne ou même de la télé expertise médicale pour des interventions chirurgicales à distance… Mais l’enjeu est beaucoup plus grand que l’on imagine ! il s’agit en effet d’une concurrence commerciale féroce entre les équipementiers de la 5G en l’occurrence le géant chinois Huawei qui détient 30% du marché européen et premier fournisseur mondial et les scandinaves NOKIA et Ericsson. En outre c’est la question du contrôle stratégique des data lié à la question cruciale de la protection des données et de l’espionnage qui dérange ! Une problématique qui a poussé à la genèse de deux pôles mondiaux, le premier mené par les Chinois et leur mastodonte Huawei et le second anglo-saxon piloté par les Américains.

Des déclarations officielles ressortent des réponses du berger à la bergère, c’est ce qui caractérise l’enjeu entre les Américains et les Chinois.

« Nous n’estimons qu’aucune de deux sociétés Huwei et ZTE vu le lien qu’ils ont avec le gouvernement chinois ne peuvent se voir confier des infrastructures d’une importance cruciale « explique Mike Rogers membre du congrès américain.

En France l’inquiétude est unanime de la perte du contrôle des données sensibles et des secrets d’état d’une part, et l’inévitable signature du contrat avec Huawei avec une offre alléchante du bon rapport qualité prix, Huawei est désormais sur la sellette accusée d’introduction des programmes d’espionnage dans le matériel 5G, chose que nie en bloc le fondateur chinois Ren zhengfei. Officiellement le ministre de l’économie Bruno le maire a déclaré : « nous protégeons des sites qui sont sensibles, nous veillons au respect de la sécurité nationale et je pense que nos partenaires chinois peuvent comprendre la position française qui est claire et équilibrée : pas d’interdiction globale de Huawei en France mais la défense de nos intérêts de sécurité  nationale. » En revanche l’Agence nationale de la sécurité des systèmes de l’information (ANSI) recommande de ne plus recourir à Huawei au détriment des opérateurs européens Ericsson et Nokia : solidarité européenne quand tu nous tient !!

Visiblement l’orientation européenne est dirigée vers l’exclusion progressive du géant chinois. Affaire à suivre !

La 5G et la Médecine

image

Le suivi de l’épidémie grâce à la G

Ramaipur un village situé au nord de l’inde, la camionnette médicale est au rendez-vous, pour assurer sa mission de téléconsultation, avec des équipements connectés, les villageois peuvent désormais consulter un médecin à distance et leur épargner ainsi le déplacement difficile parfois périlleux aux grandes villes et éviter d’être la proie des guérisseurs et des charlatans. Une expérience lancée par une startup indienne, c’est la télémédecine un concept ambitieux pour lutter contre le désert médical en inde.

Le Maroc fait partie des pays qui ont lancé un projet pilote en la matière le 03 octobre 20018, un pas louable de la part du ministère de la santé avec une enveloppe budgétaire de 29 millions de dirhams au sein du CHU d’Oujda, il s’agit d’une connexion satellite entre 3 points : le centre de référence au CHU, le centre Beni- Mathar et l’unité mobile, déclare Sandra Rojo la responsable du projet de télémédecine orientale.

A part la téléconsultation conventionnelle, il y a la télé assistance et la Télé expertise où des interventions entre professionnelles médicaux notamment dans les domaines chirurgicaux peuvent être programmés malgré la grande distance, en outre le partage des données médicaux est envisageable par la création du DMP (dossier médical partagé)

L’émergence de la médecine à distance : télémédecine ou e-santé a connu depuis sa création des échecs et des limites, à l’instar de toute technologie en voie de construction, en revanche l’avènement de la 5G changerait certainement la donne. Alors comment la 5G influencera-t-elle l’exercice médical ?

Afin d’analyser l’effet de la technologie 5G sur la médecine notamment la télémédecine, je rappelle d’abord que le concept repose sur trois principe : la téléconsultation, la télé expertise et la télé assistance. Ensuite il est primordial de signaler que la technologie digitale ne présente pas une alternative aux médecins ou aux professionnels de la santé comme le pensent certains technophobes. Mais un outil au service du patient dans une conjoncture sanitaire difficile caractérisée par : la présence du désert médical, l’augmentation de l’espérance de vie, l’augmentation des dépenses de la santé à l’échelle institutionnel, l’apparition des épidémies, la recherche médicale, l’industrie pharmaceutique et le cout d’acquisition de nouvelles génération d’équipements et de dispositifs médicaux.

La téléconsultation et téléassistance

C’est à partir de plateforme web que le patient peut entrer en contact avec le médecin. Le développement technologique a permis d’intégrer des caméras puissantes pour certains examens spécifiques tel que l’œil, l’oreille ou la gorge, l’intégration de dispositifs de mesure des indicateurs cardiovasculaire… Le grand apport de la 5G reste la qualité des flux de données et l’aisance de partage de données tels que les fichiers de l’imagerie ou le dossier médical partagé l(DMP), car le risque de saturation du réseau est quasi nulle. Par conséquent on assisterait sans doute à une croissance quantitative des plateformes web de la téléconsultation dans le monde ou les médecins pourraient faire le premier contact avec les patients, informer, sensibiliser, partager des données médicales, ce qui présentent une grande valeur ajoutée non pas seulement pour les zones enclavées mais aussi pour la pratique en ville et hospitalière.

En France, beaucoup d’entreprise offrent des plateformes de téléconsultation pour les médecins et ont cumulée beaucoup d’expérience surtout après la déception du lancement du projet de la télémédecine avec une coquette somme de 210 millions d’euros pour simplement 500 000 dossiers !

Un échec dû essentiellement à la résistance des professionnels de la santé qui souhaitent rester dans une zone de confort et n’étaient pas familiarisé avec les nouveaux outils technologiques. La complexité des applications et du traitement des données n’est pas étrangère à ces échecs. Mais, actuellement, tous les efforts consentis par les entreprises opérant dans ce domaines  ont facilité la prise en main et l’édition des données , des professionnels de la santé qui s’ouvrent de plus en plus sur les plateformes web et les réseaux sociaux. La création de modules de formation spécifiques à la télémédecine, comme celui lancé à la faculté de médecine de Casablanca, s’inscrit dans ce sillage. Avec la 5G, l’efficacité de l’interopérabilité de la téléconsultation seront au rendez-vous.

Dans ce sens, l’expérience covid-19 est riche en enseignements, les pays ayant déployé la 5G avec des plateformes de téléconsultation sont les leaders de la lutte contre le coronavirus comme la Chine par exemple ou la télésurveillance des malades et le contrôles à distances des indicateurs covid-19 tels que la température, la dyspnée respiratoires, le partage des fichiers d’imagerie radiographique étaient plus efficaces. Moralité, l’expérience chinoise a pu mettre en place l’interopérabilité de la téléconsultation et la télémédecine ce qui a permis au gouvernement chinois de contrôler efficacement la pandémie, d’économiser le contribuable et optimiser la gestion des ressources humaines.

Un autre évènement historique a marqué l’actualité covid-19 est la construction de l’hôpital de Wuhan dans un temps record grâce au déploiement de la 5G : le programme de construction, les robots, la gestion des ressources humaines, les plannings … un flux phénoménal de données a été piloté d’une manière efficiente par les ingénieurs chinois qui ont laissé le monde entier sous le charme de l’empire du milieu.

La télé expertise

La télé expertise st définie comme l’assistance à distance d’un médecin à son collègue par le partage des cas cliniques ou carrément la prise en main chirurgicale. Des expériences ont déjà été entreprises mais reste limitées. Ce qu’il faut attendre de la 5G va certainement ouvrir une nouvelle ère dans ce domaine, surtout avec la technologie de la réalité augmentée où un chirurgien muni d’une paire de lunettes connectée pourrait avec le débit et la qualité du réseau 5G partager l’intervention chirurgicale avec un expert pratiquement en conditions réelles, une expérience déjà lancée par le géant français Thales offrant un transfert instantané de connaissances et d’expériences.

En abordant le domaine médical on ne peut ne pas s’interroger sur le sort du domaine de la recherche médicale. La formalisation des big data du monde entier et grâce aux logarithmes tissés par la technologie 5G va sans doute introduire des modifications sur les protocoles actuels de l’évidence based médecine. Les calculs transcendants des big data pourront se projeter dans l’avenir afin de définir de nouvelles normes de la prévention des accidents vasculaires cérébraux ou des cancers par exemple … En revenant à la problématique du vaccin COVID-19, le délai entre la découverte de la molécule et l’autorisation de mise sur le marché est long  cependant que le coronavirus continue à ronger doucement l’espèce humaine ! Et on est ne droit de demander que si les données de la recherche médicale, la technologie 5G et technologie biomédicale étaient déjà en place, n’auraient-elles pas permis de raccourcir les délais et les protocoles des essais clinique ? Une question qui sera probablement à l’ordre du jour des chercheurs et des médecins connaissant mieux le prix payé entre le début et la fin de l’épidémie.

Entre partisans et opposants, la 5G est en train de se positionner petit à petit, certes l’apport de ce nouveau-né de la télécom serait déterminant en médecine et dans tous les autres secteurs, en revanche les questions éthiques liée à l’impact sur la santé, à la réglementation des équipements et des fréquences, la sécurité et la protection des données individuelles et institutionnelles devront être appréhendées avec responsabilité et surtout humanité.

View Article on Quid.ma

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Top
});